Aurore Tabart: Having an open mind is the secret to success for Europe!

Age: 26
Nationality: Luxembourgish
Occupation: Assistant in the document management centre, Directorate-General for Communication, European Commission
Hobbies: Travelling, literature, cinema and sport
Languages you speak: French, English, German, Spanish

Version en français
Deutsche Zusammenfassung

atabartWhy are you working for Europe?

Travelling has been a passion of mine since I was a child. That’s the reason I decided to study foreign languages for my first degree. Spanish was my favourite class at university. I studied not only the language but also the literature and cultures of both Spain and Latin America. My Master degree focused on a more specific topic – inter-cultural relations and dialogue in Luxembourg. It was a way for me to understand the contacts between people, how they fight against stereotypes and get on well with each other despite the differences between their cultures.

How did you come to work for the European institutions?

I only really started to think about working for Europe while I was a trainee at the European Commission (at DG Communication). Things look different when you are on the ‘inside’ – the idea of the institutions as remote and inaccessible seems wrong somehow. You can see how people really are working to make Europe a better place. This might sound a bit over-the-top, but there really are many different projects and many people working on the problem of how to improve communication between the European Union and the people of Europe. This is not an easy task, of course, but it is one I believe is worth the effort and in which I am personally involved. I work for Europe because I believe in it. For me, Europe is something that all of us can benefit from, where everyone has a role to play, and I certainly want to play my part in helping to make Europe better understood and appreciated by everyone.

What do you do in Brussels?

After my traineeship in the European Commission, I worked as an assistant for a Luxembourgish MEP in the European Parliament, which was a very rewarding experience. Now I work in the document management centre in Directorate General for Communication at the Commission – working on a project that will most probably never end: the history of the European Commission and how best to preserve it. Document management is an important part of this, as it enables people interested in knowing more or researching this history a permanent access to the information they want.

What has been Europe’s greatest achievement?

Being able to cross national borders every day without showing your ID is clearly one of the greatest successes for Europe. I had to cross the Belgium-Luxembourg border every day when I went to school, and never once was I asked to show any form of ID. Imagine how hard it would have been to make this trip, if I had had to show my passport twice a day, on the way to and from school!

I like to think of Europe as a giant jigsaw puzzle, where each country is a piece of the puzzle that joins onto the others. The freedom for people to move from one piece of the puzzle to the next without hindrance is an immense step forward in my opinion. It can help us to get to know our neighbours better and more easily; travel broadens the mind! It is a step towards better inter-cultural dialogue and a greater respect for Europe’s many cultural and religious differences. It is a step towards a more united Europe.

In that sense, the Erasmus programme is the cherry on the cake. Students can live abroad for a couple of months, discovering another culture, speaking another language and sharing this experience with students who come from different countries. It is the best way to learn and to respect the nature/culture of everyone at the same time.

What is currently Europe’s biggest challenge?

What I hope for more than anything else is that we can find a long-term solution to the question of immigration and how to develop multiculturalism. Of course, it is extremely saddening to read, see or hear the tragic news of migrants and refugees struggling to reach Europe for a better life, of the boats sinking. Something needs to be done now to get to grips with this situation, and it is a real challenge for the European Union. What this crisis needs is fast, efficient and long-term solutions. We need a comprehensive solution that takes all the factors into account and which all Member States can support.

There has been a wave of popular support for refugees across Europe. Have you done anything to help?

For a couple of months, I have been volunteering at an association called ASTI – Association de Soutien aux Travailleurs Immigrés (Association for the Support of Immigrant Workers). I have been working for a project called the ‘Intercultural Garden’ whose aim is to give the children of refugees, and asylum seekers a chance to forget their worries for a short time by getting them involved in a range of activities including creating a garden so that they can grow their own fruit and vegetables. Spending time with those kids, sharing the fun, is something I will never forget. Respect for all, respect for people’s differences – these are the values I learned as a child. Respect and open-mindedness are two very important values in my view. They help us go beyond the stereotypes to find something better. If you want to be successful, you have to have an open mind. In my opinion it helps us to better understand not only ourselves but others as well, and to find a better future together.

Many people in Europe are scared of immigration and the multicultural society.

When I think about multiculturalism, it makes me think of my home town of Wiltz in Luxembourg, where there are many different cultures but where people live in harmony together. It doesn’t matter whether they are Luxembourgish, Portuguese, Serbian, Bosnian, Cape Verdean, Albanian, Belgian, French, German, Catholic, Muslim or atheist – there is room for everyone in this small town in the north of Luxembourg. And this is a situation that is replicated in many other places across Luxembourg, Wiltz is not an exception! That’s one of the reasons why people often call Luxembourg ‘little Europe’.

You must have to be multilingual living in such a place…

Multilingualism is the reality of everyday life in Luxembourg – everyone speaks three languages: Luxembourgish, French and German. Any secondary school pupil can take their classes in any of these languages, and also 001-VdL-vielleville-130256-xhdpichoose to learn a couple more European languages if they want (English and Spanish are popular). It’s no surprise then that the majority of Luxembourgish people feel European!

You enjoy sharing your time with people from all different backgrounds then?

Yes, but I have to admit that I am always happiest when I am with my family! As I have lived abroad most of the time since I was 18, I have come to appreciate those privileged moments with my family even more! I was born in Luxembourg but my family is Belgian originally, and Belgian culture has always been part of home life too. For example, my father makes the best steak tartare – a typical Belgian dish. I have eaten it in many restaurants in Brussels, but none of them has ever tasted as delicious as the one my father makes!

Respect, open-mindedness and education. Europe is our future. It is up to all of us!

“I work for Europe because I believe in it. Europe is something that all of us can benefit from, where everyone has a role to play, and I certainly want to play my part in helping to make Europe better understood and appreciated by everyone.”

para

Age: 26
Nationalité: Luxembourgeoise
Occupation: Assistant au Centre d’Administration de Documents de la Direction Générale Communication de la Commission européenne
Hobbies: Voyages, littérature, cinéma et sport
Langages: Français, anglais, allemand, espagnol
Dévise personelle: “Little by little, a little becomes a lot.” C’est un proverbe de Tanzanie qui veut dire “Petit à petit, pas à pas, une action après l’autre, nous mène vers de beaux résultats”.

Aurore 3Aurore Tabart: avoir un esprit ouvert est synonyme de réussite pour l’Europe!

Pourquoi vous travaillez pour l’Europe?

Le voyage étant une passion depuis toute petite, je me suis lancée dans des études de langues étrangères. Une façon pour moi de pouvoir mieux interagir avec les locaux des pays que je visite. Mes cours de langue espagnole ont été mes préférés à l’université, car j’ai eu la possibilité d’étudier cette langue, mais aussi d’analyser la littérature pas seulement d’Espagne, mais aussi d’Amérique latine, tout comme son cinéma. Mon master fut plus approfondi, car je me suis lancée dans une recherche sur l’interculturalité et le dialogue interculturel au Luxembourg. Une façon pour moi de mieux comprendre les contacts entre personnes et leur façon de combattre les stéréotypes et de s’entendre malgré leurs différences culturelles.

Et comment vous êtes arrivée à travailler pour une des institutions de l’Union européenne?

Cette envie de travailler pour l’Europe ne s’est vraiment concrétisée que lors d’un stage à la DG Communication de la Commission européenne. Etant interne, les choses apparaissent à nos yeux de façon différente. Cette image d’Institutions européennes inaccessibles se dissipe. Un travail est effectué pour une meilleure Europe. Cela sonne grandiose, mais si on considère ce problème de communication entre l’Union européenne et ses citoyens, nombreux sont les projets et nombreuses sont les personnes travaillant à un meilleur dialogue. Certes, cette tâche est un défi, un défi auquel je crois et participe. Je travaille pour l’Europe, car je crois en elle. Je la considère comme l’affaire de tout le monde, chacun ayant son rôle à jouer et je souhaite participer à cette réalisation qui mènera vers une Europe connue et appréciée de tous.

Qu’est-ce-que vous faites à Bruxelles?

Après mon stage j’ai eu l’opportunité de travailler en tant qu’assistante accréditée pour une MEP luxembourgeoise. Cette expérience fut plus qu’enrichissante. Actuellement, je fais partie de l’équipe CAD – Centre d’Administration de Documents de la DG Communication de la Commission européenne. Nous travaillons en permanence sur un projet qui ne s’achèvera probablement jamais: l’histoire de la Commission européenne et sa préservation. En effet, la gestion de documents est importante afin d’y garder un accès permanent, de retrouver des documents, mais aussi de faire des recherches, et que chaque citoyen y ait accès.

Ou l’Europe a réussie à votre avis?

008-drapeauxlux-ue-201619-xhdpiPasser la frontière d’un pays à un autre sans devoir montrer sa pièce d’identité est un grand succès pour l’Europe. Je me souviens que lorsque je me rendais à l’école, personne ne m’arrêtait à la frontière belgo-luxembourgeoise pour me demander ma carte d’identité. Parfois, je me demande comment se serait déroulé ce fait quotidien de devoir montrer mon titre, chaque jour, en allant et revenant de l’école. A mes yeux, l’Europe est, depuis des années, tel un vaste puzzle où chaque pièce est un pays assemblé à un autre. La liberté de circulation des personnes est un pas immense pour la liberté de chaque citoyen européen. C’est un pas franchi vers une meilleure et plus accessible connaissance de l’autre. Les gens voyagent, et apprennent à connaître leur concitoyen européen, un pas vers un meilleur dialogue interculturel et vers un respect des différences culturelles et religieuses, vers une Europe plus unie.

Dans ce sens, le programme Erasmus est un peu comme la cerise sur le gâteau. De jeunes étudiants partent vivre quelques mois dans un autre pays, découvrant et vivant une autre culture, parlant une autre langue que leur langue maternelle et partageant cette expérience avec d’autres étudiants venus d’autres pays. La meilleure des façons d’apprendre et de respecter la nature/culture de chacun et de se développer soi-même.

Pour vous lequel est le défi le plus grand de l’Europe en ce moment ?

Un de mes plus grands souhaits pour l’Europe est de trouver des solutions durables en matière d’immigration et de multiculturalisme/interculturalité. Plus spécifiquement, les récentes tristes nouvelles de naufrages de bateaux transportant des êtres humains voulant atteindre les côtes européennes pour une nouvelle vie sont plus qu’à prendre en considération et lancent un énorme défi à l’Union européenne. Des solutions rapides, efficaces et durables sont nécessaires, prenant en considération un nombre de facteurs importants et une unité de chaque Etat-Membre face à ce fléau est primordiale.

L’immigration et l’intégration des immigrés est un sujet qui mobilise. Quel est votre point de vue là-dessus?

Durant quelques mois, j’ai travaillé en tant que volontaire avec l’ASTI – Association de Soutien aux Travailleurs Immigrés pour un projet de « Jardin interculturel ». Le but était d’offrir à des enfants de réfugiés et de demandeurs d’asile, la possibilité d’oublier un instant leur situation par des activités tels que des jeux et la réalisation d’un jardin où ils pourraient venir récolter leurs fruits et légumes. Etre entourée de ces enfants et de s’amuser tous ensemble est un souvenir qu’on ne peut oublier.

Le respect de chacun, le respect pour la différence sont des valeurs que j’ai reçues de mon éducation. Le respect, l’ouverture d’esprit sont deux valeurs très importantes à mes yeux, elles permettent d’avancer vers quelque chose de mieux. Il ne faut jamais s’arrêter aux stéréotypes. Avoir un esprit ouvert est synonyme de réussite pour moi, car il nous apprend à nous connaître nous-même, à connaître les autres et delà à aller de l’avant, vers un meilleur « avant ».

Beaucoup de personnes en Europe ont peur de l’immigration et d’une société multiculturelle.

Quand je parle de multiculturalisme je me sens comme citoyen de Wiltz. Wiltz est une petite ville luxembourgeoise comptant un nombre important de cultures différentes et où règne une convivialité remarquée entre elles. 001-grund-alzette-130253-xhdpiLuxembourgeois, Portugais, Serbes, Bosniens, Cap-Verdiens, Albanais, Belges, Français, Allemands, catholiques, musulmans, athées, chacun trouve sa place dans cette petite ville du nord du pays. Cette situation n’est pas uniquement propre à cette ville, mais à l’ensemble du pays. Souvent on parle du Luxembourg, comme de la petite Europe et cela ne pourrait pas être faux.

Dans une telle société il faut parler plusieurs langues…

Le Grand-Duché de Luxembourg pratique déjà le multilinguisme. On parle trois langues officielles: le luxembourgeois, le français et l’allemand. Chaque élève de secondaire suit ses cours dans ces trois langues et a également l’opportunité d’apprendre jusqu’à deux autres langues de l’Union européenne comme l’anglais et l’espagnol. Et la plupart des luxembourgeois se sentent européen(ne). Nous sommes 28 pays unis sous le même drapeau d’étoiles jaunes sur fonds bleu pour les mêmes valeurs et principes, perpétuant nos cultures, et respectant chacune d’entre elles, en faisant de celles-ci notre richesse.

Vous êtes donc un vrai cosmopolite….

Il y a un moment en particulier qui me rend plus qu’heureuse : lorsque je suis entourée de famille. Ayant vécu la plupart du temps à l’étranger depuis mes 18 ans, j’apprécie d’autant plus ces moments privilégiés en famille. Et puis mon père fait le meilleur des tartares. J’ai beau avoir essayé plusieurs restaurants à Bruxelles, aucun n’est aussi délicieux que celui cuisiné par mon père! Et même en ayant la recette familiale, il reste le chef! Née au Luxembourg de parents belges, la cuisine belge a toujours fait partie de la maison et les traditions belges perpétuant.

Respect, ouverture d’esprit et éducation. L’Europe est notre avenir. Cela ne tient qu’à nous!

Je travaille pour l’Europe, car je crois en elle. Je la considère comme l’affaire de tout le monde, chacun ayant son rôle à jouer et je souhaite participer à cette réalisation qui mènera vers une Europe connue et appréciée de tous.”

para

Alter: 26
Nationalität: Luxemburg
Hobbies: Reisen, Lesen, Kino, Sport
Sprachen: Luxemburgisch, Französisch, Englisch, Deutsch, Spanisch
Motto: “Little by little, a little becomes a lot.” Das Sprichwort aus Tansania bedeutet “Schritt für Schritt kann man viel erreichen”.

Aurore 2Aurore Tabart: Offenheit ist das Geheimnis des Erfolgs für Europa!

Aurore ist in Luxemburg aufgewachsen. Das kleine Land zwischen Deutschland, Belgien und Frankreich ist schon immer von mehreren Kulturen gekennzeichnet und so ist es ganz normal, dass jeder Französisch, Deutsch und Luxemburgisch spricht. Aber Aurore wollte mehr. Spanisch war Ihre Lieblingssprache und das Tor nach Südamerika! Beruflich stieg Aurore in Brüssel als Mitarbeiterin eines Europaabgeordneten ein, machte ein Praktikum in der Europäischen Kommission und arbeitet heute in der Direktion für Kommunikation der Kommission.

Die Reisefreiheit in Europa, der sogenannte “Schengenraum” benannt nach dem kleinen luxemburgischen Grenzort, ist für Aurore die größte Errungenschaft der EU, die auch angesichts der Migrationskrise nicht aufgegeben werden darf. Aurore hat sich früh für Flüchtlinge interessiert und engagiert. Sie war freiwillige Helferin im Verein ASTI, der Arbeiter aus Immigrationsfamilien unterstützt, sich besser zu integrieren. Im Project ‘Interkultureller Garten” hat sie viel Zeit mit Flüchtlingskindern verbracht. Respekt für andere Kulturen und Offenheit stehen für Aurore auch am Beginn der europäischen Einigung. Und sie ist überzeugt: wie in ihrer Stadt Wiltz, in der Luxemburger, Portugiesen, Serben, Bosnier, Albaner, Belgier, Franzosen, Deutsche, Katholiken, Muslime und Atheisten friedlich zusammenleben, so kann es überall in Europa sein.

Respekt, Offenheit und Bildung. Europa ist unsere Zukunft. Es liegt an uns allen!

 

para

Leave a Comment

Filed under Uncategorized

Comments are closed.