Delphine Schlim: l’Europe ce n’est pas Bruxelles. L’Europe est partout!

Age: 28
Nationalité: Luxembourgeoise
Profession: Chargée de mission à la Représentation permanente du Grand-Duché de Luxembourg auprès de l’Union européenne
Loisirs: Voyager, théâtre
Langues parlées: Luxembourgeois, Français, Allemand, Anglais et quelques notions d’espagnol

Une autre voix européenne: Sophie, l’amie de Delphine
Deutsche Zusammenfassung
Summary in English

Delphine SCHLIM-1Parfois, on a l’impression que les luxembourgeois sont les européens par excellence.
En tant qu’ancienne étudiante en sciences politiques à Bruxelles et luxembourgeoise de naissance, l’Europe a toujours été une évidence pour moi. De par l’histoire de leur pays et le multilinguisme, la majorité des luxembourgeois portent en eux ce qu’on pourrait appeler une fibre européenne. Je pense pouvoir me compter parmi eux, c’est pourquoi que je me suis naturellement tournée vers Bruxelles, capitale de l’Europe où j’ai toujours voulu vivre et travailler. En 2010, mon diplôme universitaire en poche, j’ai entamé un stage au Parlement européen, auprès d’une députée luxembourgeoise. Cette première expérience professionnelle a été déterminante pour mes choix futurs et ma donnée le goût de travailler dans un milieu européen.

Mais vous n’êtes pas resté au Parlement européen ?
Non, depuis mon premier passage à Bruxelles j’ai toujours gardé en tête ce « rêve » de pouvoir un jour travailler pour une Présidence tournante du Conseil, et quoi de mieux que de pouvoir préparer la Présidence de son propre pays ? Lors de la dernière Présidence luxembourgeoise en 2005 j’étais trop jeune, du coup, je me suis dit que je ne pouvais pas rater celle du premier semestre de 2015. Je m’estime très chanceuse de pouvoir vivre les préparatifs d’une Présidence de près et de pouvoir apporter ma petite pierre à cet incroyable et fascinant édifice qu’est l’Union européenne.

Je pense qu’il est important et crucial de faire un maximum pour sensibiliser les européens aux réalisations concrètes de l’Europe, car elles nous entourent au quotidien.

Concrètement, à quoi ressemble votre journée de travail à la Représentation permanente ?
Dans mon travail quotidien, je m’occupe de la coordination des dossiers qui relèvent du Coreper I (Comité des représentants permanents au Conseil des Ministres de l’UE) qui est en charge entre autres de préparer les Conseils des Ministres européens.

Vous avez l’impression que les gens au Luxembourg sont conscients de ce qu’il se passe au niveau européen ?
Malheureusement, on constate de plus en plus qu’un trop grand fossé se creuse entre les citoyens européens et les institutions européennes, où travaillent les fameux « eurocrates ». Je pense qu’il est important et crucial de faire le maximum pour sensibiliser les européens aux réalisations concrètes de l’Europe, car elles nous entourent au quotidien.1897678_10153770669980316_1311828764_n

Comment définiriez-vous l’Europe au quotidien ?
Je le vois dans mon métier actuel ; l’Europe au quotidien ce sont des questions de marché intérieur, de libre circulation des personnes, de biens, de services et de capitaux, de transport, d’emploi et d’affaires sociales, de consommation, de santé publique, de recherche, de sécurité alimentaire, d’environnement, d’agriculture, d’éducation ou encore de culture. Dans le domaine de la protection des consommateurs, on peut citer comme exemple la protection des acheteurs sur le net, parce que le net ne connait pas de frontière nationale. Etant un mode d’achat de plus en plus utilisé, l’achat en ligne fait ainsi l’objet d’une règlementation européenne pour mieux protéger les citoyens des pratiques frauduleuses. Dans l’optique de la protection des acheteurs, tout vendeur en ligne européen se doit de fournir un certain nombre d’informations avant l’achat, comme l’inscription de l’adresse postale et électronique du commerçant, le prix ou encore les modalités de paiement. Voilà ce que c’est l’Europe : quelque chose de concret qui nous concerne tous de près ou de loin, et ce n’est pas une « machine à légiférer pour légiférer ».

Vous pensez que les citoyens européens risquent parfois d’oublier ces succès, ou même la vraie raison d’être de l’Union européenne ?
Je pense que l’on a trop tendance – et surtout de nos jours – à oublier que l’Union européenne dans laquelle nous vivons aujourd’hui a été créée pour garantir un espace de paix, de sécurité et de stabilité. Les pères fondateurs de l’époque étaient unis par un seul et même idéal, à savoir celui d’une Europe pacifique, unie et prospère. Je suis d’accord que depuis le début de la crise financière mondiale, l’Europe traverse une période très difficile, avec des conséquences très lourdes pour les pays européens et surtout pour les citoyens. Mais il ne faut jamais oublier que rien ne vaut la liberté et la paix.

Travailler pour l’Europe cela veut souvent dire habiter à Bruxelles. Comment le vivez-vous ?
Vivant depuis pas mal de temps à Bruxelles, je dois dire que c’est une ville très agréable qui offre de nombreuses possibilités. C’est une ville à taille humaine et très accueillante. En moins d’une heure vous pouvez prendre l’air de la mer du nord ou prendre l’avion et rejoindre les plus grandes capitales européennes. J’y ai trouvé mon chemin petit à petit. Je peux partager avec vous mon péché mignon bruxellois : c’est le steak tartare et les croquettes aux crevettes du “Vieux St Martin” place du Sablon. A saisir !

Paix, Libre circulation des personnes, Sécurité. L’Europe est notre avenir. Cela ne tient qu’à nous!

para

Lahaut Sophie: Chaque jour, je me sens appartenir à l’Union européenne

Age: 26
Nationalité: Belge
Occupation: Enseignante secondaire supérieur.
Hobbies: Théâtre, culture
Mon lien avec Délphine: Facultés Universitaires Saint Louis

Quel est l’impact de l’Union européenne sur votre vie?
Chaque jour, je me sens appartenir à l’Union européenne. Une monnaie unique, des frontières ouvertes, des protections communes pour nous consommateurs en matière de santé alimentaire, tarification des appels téléphoniques depuis l’étranger, .. Cela me rassure car je pense que l’Union fait la force. De plus, je vis à Bruxelles, capitale de l’Europe. Le fait de vivre à côté des institutions européennes permet de se sentir plus proche de ces dernières.

Selon vous, quell est le souci le plus grand des Luxembourgeois en ce qui concerne l’Union européenne?
Le sentiment de perdre son identité nationale au profit d’une identité européenne, la peur de “l’effet domino” en cas de crise et puis l’image d’une Union qui coûte très cher, à Bruxelles en particulier.

Quel est votre souhait le plus important pour l’Europe?
Une Europe davantage visible pour ses citoyens. J’entends par là une meilleure médiatisation des décisions prises au sein de l’Union et une meilleure information auprès des members de ces dernières. Mes études et mon intérêt pour les affaires européennes font que je me renseigne spontanément et que je suis à l’écoute des décisions prises mais pour certains, cela reste très flou.

Quel est votre lien avec Délphine Schlim?
J’ai rencontré Delphine Schlim lors de mes études universitaires. Nous étudions ensemble les sciences politiques à Bruxelles. Je pense que son travail est essentiel même si les members du COREPER (Comité des représentants permanent des etats membres de l’Union européenne) travaillent dans l’ombre…Ils assurent le lien entre le Conseil des ministres et les autres institutions.

Information, Libre circulation, Santé. L’Europe est notre avenir. Cela ne tient qu’à nous!

para

Delphine Schlim: Europa ist nicht nur in Brüssel!

Green and fertile Luxembourg

Green and fertile Luxembourg

“Ich denke, es wäre wichtig, EuropäerInnen viel mehr über die konkreten Erfolge der Europäischen Union zu informieren, weil sie heute Teil unseres Alltags sind.”

Für die 28-jährige Luxemburgerin ist Europa immer schon Teil ihres Lebens gewesen. Seit ihrem Studium lebt sie in Brüssel. Dem Praktikum im Europäischen Parlament folgte ein Job in der Ständigen Vertretung Luxemburgs bei der Europäischen Union.
Für sie besteht eine der größten Herausforderungen darin, EuropäerInnen besser über die konkreten Erfolge der Europäischen Union zu informieren. Europa ist Teil unseres Alltags, sei es im Rahmen des Binnenmarkts, freien Personenverkehrs, Konsumentenschutzes, der Forschung, Umwelt oder Landwirtschaft. Die Menschen vergessen oft, dass die Europäische Union auch Garant für Frieden, Sicherheit und Stabilität ist.
Die theaterbegeisterte junge Frau genießt das abwechslungsreiche Leben in Brüssel. Wenn sie Sehnsucht nach dem Meer hat, dann kann sie innerhalb einer Stunde dem Rauschen der Wellen lauschen. Und zum Schluss verrät Delphine Schlim ihren Geheimtipp, in Sachen Essen: Dem Tartar oder den Garnellenkroketten des Restaurants “Vieux St. Martin” am Sablon im Herzen Brüssels, kann sie einfach nicht widerstehen.

Friede, freier Personenverkehr, Sicherheit. Europa ist unsere Zukunft. Es liegt an uns allen!

para

Delphine Schlim: Europe is not Brussels! Europe is everywhere!

“I think it’s vitally important that we do the most we can to show people the real achievements of Europe, because we are surrounded by them on a daily basis.”

Like many of her fellow countrymen and women, 28-year-old Luxemburger Delphine Schlim, feels truly European, and it was only natural for her to want to work in the EU policy field. After a short spell at the European Parliament, she moved to her country’s permanent representation office in the EU capital, where she is helping to prepare for Luxembourg’s six-month stint as the presidency of the EU in the second half of 2015.
She feels that the EU has brought many advantages – protecting consumers when shopping via the net, for example – but that citizens remain unaware of most of them, and that the founding spirit of the EU – working together towards shared goals – has been lost, at least in the public perception.

Peace. Free movement of people. Security. Europe is our future. It’s up to all of us!


 

Hearts and Minds for the EU – a project in collaboration withBST_Logo

Leave a Comment

Filed under Uncategorized

Comments are closed.